Les con fessions d’un con verti ( 1 )

Athée endurci, je me figurais que j’irais jusqu’au bout comme cela. C’était sans compter sur les arguments d’un vieux pieux ami qui m’ont convaincu. J’ai été touché par la grâce. Alleluia ! J’ai changé. Depuis peu j’en conviens, mais définitivement. Du moins, je l’espère.  Je ne suis plus qui je fût (de Gevrey-Chambertin comme on disait hier sur le Tour).

Comme tout néo con verti, je dois livrer une con fession en bonne et due forme. Mon impiété remontant à l’enfance, la mienne prendra la forme de séquences, dont voici la première.

Celui que je fût (de Chambolle-Musigny) (pour mon malheur), ce premier souvenir  le dira déjà. C’était il y a quelques lustres. Ma femme et moi visitions Saint-Pierre de Rome, en compagnie de notre fille cadette, âgée de huit ans. Huit ans, mais surdouée. Admiratrice inconditionnelle de Raymond Queneau, dont elle venait de terminer  Zazie dans le métro , avec un enthousiasme que les procès bien connus d’identification expliquent. Le nez levé, nous contemplions la célèbre fresque de Michel Ange où Dieu le père caresse le doigt d’un Adam reconnaissant. J’en étais à me demander pourquoi de semblables représentations ne sont jamais proposées à la contemplation des fidèles à hauteur d’homme, ou au-dessous de la ceinture. J’étais arrivé à la conclusion qu’un tel choix empêche les âmes tourmentées (par les sataniques tentations) de cracher dessus, ou de faire pipi dessus, ou pire. Dans le cas de la fresque de Michel Ange, vous pouvez essayer de cracher dessus, mais ça vous retombe immanquablement sur le nez, vade retro.

J’en étais là de mes réflexions lorsque, prenant conscience de leur caractère quelque peu impie en pareil lieu, je m’avisai de demander à ma fille :  » Ma chérie, que penses-tu de cette représentation de Dieu, notre Père à tous ?  »  » — Dieu le Père mon cul, il m’intéresse pas du tout, cet enflé, avec sa barbe à la con.  » me répondit-elle, placidement, mais assez fort pour être entendue d’une nonne qui passait par là :  » Petite gourgandine voyouze blasphématrice, qu’elle lui intime, retire ces impies(pi) propos, et fissa ! — Dites donc, la mère, que je lui rétorque, et la liberté des opinions, quoi vous en faites ? — De couaille de couaille, qu’elle me fait, les opinions libres, encore un coup de ce Martin Luther King. Tu pinceras ce qu’on te dira de pincer, et basta ! — Eh, la vieille, que lui balance ma cadette, tu parles pas comme ça à mon papa !  » Et elle lui refile un coup de tatane dans le tibia. — Aouche, foutue szalope !, que fait l’autre, en serbo-croate (car elle était serbo-croate). Je passe sur les détails. Il fallut les Suisses pour séparer les pugilistes.

La législation de l’époque n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui, en tout cas dans les Etats de l’Eglise. On nous retira la garde de notre enfant chérie, pour pratiques éducatives immorales. Elle fut placée dans un couvent spécialisé dans la réhabilitation des enfants maltraités. Avec le recul, je trouve que ce ne fut pas plus mal car, question pédophilie, je me pose un peu là.

Quelques temps plus tard, ma fille fut menacée d’être traduite devant un conseil disciplinaire , non parce qu’elle était devenue la maîtresse de la mère supérieure (situation excessivement banale à l’époque) , mais pour actes de zoophilie sur un bouc, un pittbull et un siamois recueillis au couvent par charité. Elle n’eut que le temps de brûler la politesse à la portière qui s’esclama :  » La goçamilébou !  »

Quand je pense à tout ce passé sulfureux ( pour ne pas dire sulfurique), une honte incommensurable me submerge. La suite au prochain accès de repentance.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s