La Judith de Valentin de Boulogne

Valentin de Boulogne peignit sous le règne de Louis XIII.  Ses oeuvres portent l’empreinte de l’art du Caravage.  Judith et Holopherne est un des plus célèbres tableaux du maître romain, qui mit à la mode ce sujet biblique, souvent traité après lui par les peintres influencés par lui.

Le récit biblique a inspiré au Caravage une vision intensément dramatique. Le traitement du même sujet par Valentin est beaucoup plus convenu. Sa Judith  est une accorte matrone, bien attifée et bien frisée. L’expression du visage est peu intéressante L’oeuvre semble surtout un prétexte pour une étude de lumière et de draperies, dans le goût de Simon Vouet. Le glaive et la tête de veau font office de pense-bête. Tout cela est aussi peu biblique que possible.

Valentin habille sa Judith comme une dame de son temps. C’est encore ainsi qu’à la fin du siècle Phèdre était représentée sur le théâtre.

 

 

Valentin de Boulogne, Judith , musée des Augustins, Toulouse

Publicités
Cet article, publié dans arts plastiques, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s