Un écureuil omnivore

Sous la ramure étalée de ce hêtre imposant, au dévers de la crête, j’ai mes habitudes. Je dépose à l’ombre le sac, avec la bouteille d ‘eau; je mets la chemise à sécher, bien étalée sur une pierre rôtie par le soleil (quelquefois aussi le short et le slip); je sors du sac le bouquin en train; je m’installe sur ma pierre philosophique, et je lis. Le roi n’est pas mon cousin.

 

L’autre jour, un écureuil est descendu de la ramure du hêtre et s’est mis à fouiner dans mon dos, en quête de quelque graine; je me suis gardé de bouger et l’ai laissé à sa guise vaquer à ses affaires.

 

En partant, j’ai oublié sur place ma casquette dans un creux d’herbe, une belle casquette de marque récupérée l’autre été sur le sentier.

 

Je l’ai retrouvée le lendemain, mais  mon ami l’écureuil (je pense que c’est lui) s’était fait les dents dessus, y ménageant de beaux trous d’aération. Il s’était même attaqué à la visière!

 

Hier, coiffé d’une autre casquette (moins belle) je suis remonté jusqu’à mon hêtre, mais, au moment de m’asseoir sur mon rocher philosophique, je me suis aperçu que mon ami l’écureuil avait marqué son territoire en faisant sa crotte dessus.

 

Il m’en veut, ou quoi? Qu’est-ce que je lui ai fait?

 

 

Ce que voit de son arbre mon copain l’écureuil

Publicités
Cet article a été publié dans nature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s